L’Île Kettle

Date:19 nov 2013

Classée « aire de conservation » par la communauté urbaine de l’Outaouais, l’île Kettle constitue l’habitat de prédilection de plusieurs espèces de tortues, de reptiles et d’amphibiens. La participation de la Fondation Cowboys Fringants en 2006 a permis la protection d’une portion du territoire de l’île, dont 95% (190 hectares) sont protégés par Conservation de la nature.

L’Île Kettle représente la troisième plus grande île du bassin versant de la rivière des Outaouais après l’île aux Allumettes et du Grand-Calumet. Située en majeure partie en plaine inondable, elle abrite plusieurs espèces de tortues, de reptiles et d’amphibiens. Les dépôts fluviaux contemporains et plus spécifiquement le sable stratifié, les dépôts limoneux et la grande quantité de matière organique favorisent cette riche biodiversité. Ses rives naturelles contrastent avec la forte urbanisation du milieu avoisinant.

L’île est entièrement recouverte de forêts humides, abritant une érablière argentée à ormes d’Amérique et une communauté de micocoulier occidental, accompagnée d’érable argenté, de tilleul d’Amérique et de noyer cendrée. De plus, plusieurs chênes à gros fruits matures de tailles impressionnantes se retrouvent sur l’île. Le peuplement de micocoulier occidental a été reconnu comme écosystème forestier exceptionnel. Le territoire constitue également un important site pour la reproduction des poissons et une aire de concentration d’oiseaux aquatiques, tout en abritant des colonies de castors et des zones à bon potentiel pour le rat musqué.

Huit espèces en situation précaire sont recensées sur l’île Kettle, dont quatre espèces floristiques : le noyer cendré (Juglans cinerea), le micocoulier occidental (Celtis occidentalis), le staphylier à trois folioles (Staphylea trifolia) et la zizanie à fleurs blanches variété à fleurs blanches (Zizania aquatica var. aquatica). Il existe également une mention historique pour le potamot de Vasey (Potamogeton vaseyi). Quant aux espèces fauniques en situation précaire, le ministère des Ressources naturelles et de la Faune a répertorié la tortue géographique (Graptemys geographica). Il existe aussi une mention historique pour la couleuvre d’eau (Nerodia sipedon), alors que l’île constitue un habitat potentiel pour la rainette faux- grillon de l’Ouest (Pseudacris triseriata). (Source : Conservation de la nature)